La Passerelle - Est-ce fini ?

Publié le par Pierre W. Johnson

D'inquiétantes informations font état de la fermeture définitive du café resto librairie La Passerelle, près de la rue Saint-Maur dans l'Est de Paris :

En avril de cette année, les salariés faisaient déjà circuler cette information :

« La Passerelle » - Café resto librairie

Lieu atypique par excellence, où l'on respire la fraternité, la solidarité, l'égalité et le respect de
la dignité humaine. Durant toutes les étapes de la vie de « La Passerelle », tes salariés se sont
investis humainement et ont fait de ce lieu un endroit pas comme les autres sur Paris.
Les valeurs d’équité, respect, tolérance, confiance, solidarité véhiculées par les activités de ce lieu ne sont appliquées que trop rarement en interne. Des remarques du genre « Estimez-vous heureux qu'on vous donne un emploi et un salaire, vous êtes mieux payés qu'ailleurs » ou « De toute facçon, tu n’es qu’un salarié, et un salarié est tenu de faire son travail contre un salaire, et c’est tout » !

Les salariés ont droit à plus d'estime et de respect car ils ont contribué au développement de cette entreprise. Ils réclament une certaine transparence dans les projets d'avenir de cet établissement (notamment quant au processus actuel de vente de « La Passerelle »), de la communication, du dialogue social, l'arreêt du double discours (patrons «militants» prônant des discours libertaires sans politique sociale), une relation de confiance ...

Nos revendications :
* une revalorisation substantielle de nos salaires ;
* un véritable droit à la formation professionnelle ;
* une participation aux bénéfices auxquels les salariés ont largement contribués ;
* un véritable dialogue social ;
* une transparence concernant l’avenir des salariés dans le cadre de l’actuel processus de vente de « La Passerelle ».

Fin juin, la situation s'est visiblement dégradée, le ton est monté, et une petition est en circulation :

Pétition après la fermeture du lieu

Le ton a monté :

A l'attention de : Joao Alvaro - Responsable Associatif - Mairie de Paris 11°

Chers clients, habitués, voisins, militants associations et “Amis de La Passerelle”.
Nous vous informons :

Ce café militant vient d'être frauduleusement vendu à un restaurateur japonais. 
Les serrures ont été changées sans avertir ni les salariés ni Caroline, associée et salariée de La Passerelle.

Mardi 26 juin 2007, l'équipe s'est retrouvée sur le trottoir devant le fait accompli.
Les auteurs de cette escroquerie sont le gérant Jeff et l'associée Mayo.
Ils n'étaient pas là pour expliquer leur brigandage.
C'est par les nouveaux occupants bouddhistes que nous avons appris cette malversation.

Oh le vilain Jeff Mayonnaise qu'il a un karma tout crado !
Déjà qu'il mélangeait la bière du leaderprice avec de la bio pour remplir ses poches avides,
au mépris des regards interloqués de ses salariés à qui il doit des heures supp'

aïe, aïe, aïe

Un élu de la mairie du XI est venu constater les faits ;
un délégué syndical de la CGT est venu se rendre compte de la situation des salariés ;
une main courante a été déposée au commisariat,
le conseil des prud'homme a été saisi ;
les avocats sont à l'oeuvre.

Et nous militants des associations amies de La Passerelle
nous allons montrer à Jeff qu'il n'est qu'un sushi..
 
C’est pourquoi nous vous invitons à :
-Signer la pétition de soutien en ligne (lien ci-dessous). 
-Vous mobiliser devant La Passerelle, tous les jours entre 16h et 18h.
-Envoyer vos témoignages par mail, ils seront ajoutés au Blog.
-Envoyer vos lettres de soutien à Joao Alvaro,
Responsable associatif, à la Mairie du 11°.

Jeffon Le Fourbe saura qu'il a frappé à la bonne auberge !

Nous demandons la sauvegarde de ce lieu culturel et militant, atypique par excellence,
point de rencontres et d’échanges pour plusieurs centaines d’associations, musiciens, écrivains, poètes, réalisateurs et individus en tout genre qui ont fait de ce lieu un endroit pas comme les autres sur Paris,
où l'on respirait la solidarité, la fraternité et la tolérance.

Les San Ku Kaï de La Passerelle




Commenter cet article