Le dernier combat zapatiste est écologique

Publié le par Pierre W. Johnson

Que deviennent les zapatistes au Mexique ?

Ce mouvement indigène, entré publiquement en insurrection le 1er janvier 1994, puis en résistance pacifique, a su renouveler ses modes d'action de façon souvent surprenante.  Après avoir organisé les premières "rencontres intergalactiques", préfiguration des forums sociaux mondiaux, une série de "marches" en 1997 et 2001 a permis de sortir le mouvement de son isolement.

Mais depuis les dernières élections présidentielles au Mexique, qui ont opposé de façon très polarisée le candidat de la droite dur et un candidat de gauche populiste, les zapatistes semblaient une nouvelle fois un peu en marge du débat politique.

Relayé en France par le Courrier International, le quotidien La Jornada témoigne que, jour après jour, les zapatistes résistent, et inventent de nouvelles formes d'action. Un des principaux axes de leur lutte est depuis le début la résistance à l'appropriation des ressources naturelles par les grandes entreprises.  Les premières lettres du Sous-Commandant Marcos évoquaient déjà la main-mise sur l'eau et l'énergie : alors que la plupart des villages du Chiapas n'avaient pas l'électricité, cet état était le principal pourvoyeur d'énergie hydroélectrique du pays.

On ne s'étonnera donc pas que les zapatistes aient créé récemment dans les environs de San Cristobal de las Casas la première réserve écologique indienne et autonome du pays.  Cette banlieue est menacée, selon la Jornada, par "la croissance urbaine de la ville, la dégradation de l'environnement et le pillage des multinationales".  Ce n'est certes pas un hasard si elle a été établie juste devant une usine de l'entreprise Coca Cola, qui pompe des millions de litres d'eau du mont Huitepec, et déverse ses eaux usées dans la nature.  Les ressources en eau sont aussi menacées par les quartiers riches qui bordent la "réserve", et qui utilisent beaucoup plus que leur part des précieuses réserves du liquide.

A l'heure où de plus en plus de paysans sont devenus "écologistes", cette nouvelle action illustre le fait qu'un mouvement social de plus de 13 ans d'existence peut rester pertinent en répondant au mieux aux besoins de sa base, et en trouvant les formes d'action les plus efficaces, par leurs impacts tant symboliques que réels.

Commenter cet article