Antilles - chronique d'un désastre sanitaire annoncé

Publié le par Pierre W. Johnson

Tous les médias en parlent aujourd'hui. Mais,  le désastre sanitaire aux pesticides des Antilles françaises était prévisible depuis plus d'une décennie.  Il est du à l'usage du chlordécone, un produit phytosanitaire interdit en France métropolitaine depuis 1990, et aux Antilles depuis 1993.  Pourtant, 14 ans après son interdiction,  il continue à polluer massivement les sols et les eaux antillaises.  

Ce désastre a été révélé par le cancérologue Dominique Belpomme, dont le rapport sur l'usage massif des peticides par l'agriculture antillaise doit être rendu public aujourd'hui à l’Assemblée nationale. Celui-ci constate une augmentation majeure de l’incidence des cancers de la prostate et du sein aux Antilles.

Pourquoi faut-il toujours attendre des désastres pourtant prévisibles de ce type pour intervenir ? Après l'énergique intervention de Dominique Belpomme, que l'on peut saluer, quelques indices laissent espérer cette fois plus de lucidité des pouvoir publics. Pour Michel Barnier, les ravages du cyclone Dean en août, offrait (offre ?) ainsi l'occasion de replanter «avec peu ou pas de pesticide, d’aller vers la banane zéro pesticide».  La pollution actuelle pourrait perdurer durant une vingtaine d'années, même si on en coupe la source aujourd'hui. Mais des solutions naturelles de dépollution des sols et de l'eau existent. A condition qu'il y ait une volonté politique.

Le site 3D Territoires consacre un dossier complet à ce scandale, et propose le rapport Chlordécone en téléchargement.

Commenter cet article

sophie 01/10/2007 17:02

Bonjour,Le lien pour télécharger abouti àà un "403Forbidden"  ;)