La mobilité autrement

Publié le par Pierre W. Johnson

sloepdelen1.gifUn des problèmes de notre civilisation est d'avoir mis l'"avoir" au-dessus de l'être. Du même coup, on confond souvent la fonction recherchée (mobilité, habitat, confort, sécurité) avec l'objet (voiture, maison, arme, etc.).  Or la possession matérielle d'un objet n'est pas toujours la meilleure façon de remplir une fonction.

En centre-ville, par exemple, posséder une voiture est souvent non-pertinent, par rapport à la fonction de mobilité, comme le savent de nombreux parisiens par exemple. Car l'achat d'une automobile a des conséquences économiques et écologiques sans aucune mesure avec la fonction que l'on cherche.

Malheureusement, toutes les villes n'ont pas un système de bornes de vélos en location, comme à Paris, Lyon, Toulouse, etc.  L'extension des Velib' en région parisienne est par ailleurs freinée par des questions liées à l'interopérabilité de systèmes issus d'opérateurs différents. Il aurait été plus satisfaisant d'encourager la formation d'opérateurs de l'économie sociale et solidaire travaillant selon des modes opensource.

Mais il y a bien d'autres façons d'être mobile autrement :

Un site Internet permet maintenant de partager un taxi avec une personne, en se donnant rendez-vous à la sortie d'un aéroport, d'une gare, ou devant une station taxi. Ce système est déjà en place à New York et dans d'autres villes étrangères.

Amsterdam a ses Vélib nautiques : des bâteaux électriques que l'on peut louer. Naturavox en parle.  Sont petit nom est Sloepdelen.  Pourquoi pas un système similaire sur la Seine, le Rhône, la Saône ? La vitesse étant limitée à 10 km/h et la nuit réservé au chargement des bâteaux, les dangers sont limités.

Bien d'autres possibilités existent aujourd'hui pour bouger intelligement et en toute autonomie. Les nouvelles technologies de l'information et de la communication (NTIC) permettent par exemple de tracer le meilleur itinéraire d'une point à l'autre. Elles facilitent le transport combiné par plusieurs moyens de transport (ou transport multimodalintermodal lorsque la voie fluviale est concernée).  Destinés au départ au transport de marchandises, ces concepts s'étendent à celui de voyageur,  les NTIC permettant d'individualiser les trajets.

Seule la créativité des usagers et des ingénieurs (des transports et de l'informatique) limitent aujourd'hui l'extension d'une mobilité différente, non polluante, légère, rapide et flexible.  Comme souvent, on s'apercevra bientôt que les usages sociaux vont plus vite que 
l'imagination de nos politiques  et souvent des entreprises.

Commenter cet article

oiseau 22/10/2007 21:15

Ce n'est ni la politique,ni les entreprises qui feront évoluer la société! Si tu veux, je te mets dans mes liens!!

Pierre W. Johnson 22/10/2007 22:22

Merci Oiseau,Je regarde ta page. Je veux bien être dans tes liens !Pierre