Green cards... contre le changement climatique

Publié le par Pierre W. Johnson

La Green Card, beaucoup en rêvent, pensant que travailler aux Etats-Unis d'Amérique, c'est le paradis... Pourtant, ce pays a le mode de production et de consommation le plus polluant et consommateur de matières premières de la planète. Les Etats Unis refusent également on le sait de signer le protocole de Kyoto, seul mécanisme réellement international mise en place pour réduire l'émission de gaz à effet de serre. Dans ce pays, les initiatives citoyennes, et même de certaines entreprises, compensent les énormes carences de l'Etat et l'immobilisme politique en matière sociale et écologique.

Ainsi, de nouvelles "green cards" permettent, dans certaines banques, au citoyen volontaire de contribuer à la lutte contre le changement climatique. Selon un blog du Monde "
La Green Card est une carte de crédit qui, en lieu et place des traditionnels points de fidélité, compense le coût environnemental en CO2 des achats, par des investissements pro-environnementaux."

Propogande ou outil de développement durable ? Voici les informations et l'opinion de Graines de Changement, le site d'Elisabeth Laville et de la société Utopies :

Alors que la « croissance verte » répand ses bienfaits sur le monde économique occidental, le secteur bancaire n’est pas en reste et commence à s’intéresser de près à la consommation responsable, en ajoutant une touche de « vert » à ses cartes de crédit.

Ainsi, Barclay’s Bank vient de lancer une nouvelle carte de crédit à la consommation, baptisée « Breathe Card » qui propose à ses clients, selon les cas, des réductions ou des taux d’emprunt préférentiels (5,9% au lieu de 14,9%) sur leurs achats de produits ou services contribuant à la lutte contre le changement climatique : billets de train ou de bus (pour encourager la mobilité douce et les transports en commun), travaux d'isolation de leur résidence principale, achat d'énergie verte ou vacances sur le territoire national. Il est également prévu que 50% des profits réalisés sur cette offre soient reversés à l’association PURE, qui investit dans des projets de réduction des émissions de CO2 partout dans le monde (un don estimé à 1 million de livres pour la première année).

Une initiative plutôt intéressante et innovante, même si certains analystes ont émis des avis mitigés reprochant à Barclay’s d’encourager l’endettement en réservant cette offre aux clients qui empruntent pour financer leurs achats. Notons que cette opération coïncide par ailleurs avec le lancement à Londres de la campagne "We're in this together" rassemblant 8 entreprises dont Barclay’s, mais aussi B&Q, British Gas, Marks & Spencer, Sky, Tesco, Royal & Sun Alliance et O2 : l’objectif est d’aider chaque ménage britannique à diminuer ses émissions de CO2 d'ici les 3 prochaines années.

Aux Etats-Unis, des offres similaires se mettent en place. Suivant les traces de Working Assets, l’entreprise pionnière des programmes de "fidélisation solidaire", Wells Fargo vient d’ajouter un volet « vert » au programme de fidélisation : à chaque fois que les clients (particuliers ou entreprises) utilisent leur carte de crédit, ils accumulent des points qui peuvent être transformés en un investissement fait pour leur compte dans les énergies renouvelables, ce qui leur permet de recevoir un certificat d’économies d’émissions de CO2. Par exemple, 10 000 points cumulés grâce aux paiements par la carte permettent de compenser près de 7 tonnes de CO2, soit les émissions moyennes d’une famille sur une année. Autre initiative : celle de Brighter Planet, une nouvelle entreprise dont la vocation est de proposer des produits et services neutres en CO2 développés en collaboration des grandes entreprises ou organisations. Son premier projet est la Bright Card, une carte de crédit permettant aux consommateurs d’accumuler des points qui servent ensuite à financer des projets compensant les émissions de CO2 liées à leurs achats. Une idée similaire à celle de la GreenCardVisa lancée récemment en Hollande. Enfin, rappelons que le géant du secteur Bank of America s’est également engagé à mettre sur le marché, très prochainement, une carte de crédit « verte »…

Pour en savoir plus : visitez les sites des initiatives de Barclay’s Bank, de Wells Fargo, de Brighter Planet, de la Green Card Visa aux Pays-Bas, ou encore lisez l'annonce faite par Bank of America. Vous pouvez aussi visiter le site de la campagne anglaise "We're in this together".


Commenter cet article