Quelques outils d'intelligence collective

Publié le par Pierre W.Johnson

Il nous semble parfois que les défis auxquels est confrontée notre planète dépassent l'humanité, qui en est pourtant largement responsable. Ce n'est pas que nous manquons de techniques, ni de capacités individuelles pour y faire face. Le problème semble être plutôt dans la difficulté que nous avons à y faire face par une mobilisation collective des énergies.

Des auteurs comme Manuel Castells (trilogie "L'ère de l'information") ont mis en évidence les mutations du système économique contemporain, vers une "économie de réseaux" se traduisant aujourd'hui dans tous les domaines de l'économie, de la finance à la production, en passant par les services, etc. Cette mutation a été bien sûr rendue possible par l'émergeance d'Internet, comme réseau mondial de communication, à la fin des années 1980. On sait que ce "réseau des réseaux" à l'architecture ouverte, qui permet une est le résultat paradoxal d'une idée des militaires américains pendant la guerre froide, et de la culture "west coast" de la Silicon Valley dans les décennies suivantes. Il est aujourd'hui devenu un facteur de liberté individuelle et collective, d'échange de savoirs et de communication irremplaçable, à la portée de (presque) tous, du moins dans les pays les moins pauvres économiquement.

Pour Jean-François Noubel, ce sytème d'information est une des conditions de l'"intelligence collective globale", en émergeance. Nous reprendrons sont excellente définition de ce concept :

 "L'intelligence collective est la capacité d'un groupe de personnes à collaborer pour formuler son propre avenir et y parvenir en contexte complexe."

Une telle intelligence dépasse à mon sens la capacité cognitive des êtres humains à interagir dans le contexte global contemporain. Le monde économique illustre bien la contradiction entre des activités de plus en plus basées sur les notions de réseaux et de responsabilités, et les contradictions provoquées par des objectifs inchangés au niveau des instances de décision, notamment en termes de croissance indéfinie (pour les Etats) et de profit maximal (pour les entreprises). Ceci illustre bien la nécessité d'incorporer une réflexion sur les valeurs collectives et individuelles qui orientent nos actions en complément (ou dans) d'une réflexion sur l'intelligence collective.

Dans ce premier article sur l'intelligence collective, je voudrais surtout souligner l'émergence d'outils informatiques collaboratifs libres (open source) et le plus souvent gratuits, qui permettent à des communautés dites virtuelles de collaborer volontairement à des oeuvres communes, avec souvent autant sinon plus d'efficacité que des entreprises orientées par le profit.

Une des meilleures illustrations de ces réalisations est l'encyclopédie en ligne Wikipédia, qui compte aujourd'hui plus de 3 millions d'articles en une dizaine de langues, en faisant la plus grande encyclopédie au monde. Le système Wiki permet à tout internaute d'ajouter ou de modifier très rapidement (le temps d'écrire ou de copier-coller) un ou des articles, contribuant ainsi à l'oeuvre commune. Un système dangereux et fragile, me direz-vous ? Une étude récente a montré que Wikipédia ne contenait pas plus d'erreurs que n'importe quelle encyclopédie renommée traditionnelle.

L'arbre Wikipédia cache tout une forêt, avec banque de données d'images, de livres ou de dictionnaires  libres de droits. Les wikis sont utilisés par des communautés de plus en plus nombreuses, dont des scientifiques pour partager leur savoir d'un bout à l'autre du monde. Voir par exemple The tree of life qui répertorie les formes de vie sur terre, leur évolution et phylogenèse. Un de mes projets favoris est Ekopédia, un projet d'encyclopédie pratique traitant des techniques alternatives de vie.

En plus des wikis, les forums électroniques en ligne ou hors ligne, et les systèmes de gestion de contenu, permettent la création de pôles de communication autour de centres d'intérêts partagés et d'autres formes de construction collective. Le site Framasoft est un excellent point de départ pour explorer les possibilités des logiciels libres, dans de nombreux domaines, ayant trait ou non à l'intelligence collective et au travail collaboratif.

Commenter cet article