Agir par nos modes de vie

Publié le par Pierre W.Johnson

Le changement est-il hors de nous ?

"Sois toi-même le changement que tu veux voir dans le monde" disait Gandhi. Cela montre bien qu'il ne faut pas considérer que le changement à réaliser est extérieur à soi. Le concept de "modes de vie durables et solidaires"  illustre bien cet enjeu  de façon pratique.


Nous savons bien que nos modes de vie ont un énorme impact sur la planètes et sur les relations entre êtres humains. Pour prendre un exemple : l'automobile contribue grandement à l'émission de gaz à effet de serre et à la pollution de nos villes, donc aux taux de cancers et d'affection respiratoires, mais qui est prêt à s'en passer ? La circulation automobile illustre également un autre paradoxe, souligné par Ivan Ilich : au-delà d'un certain seuil, elle ralentit les communications au lieu de les faciliter. Ce dernier point illustre les contradictions des modes de vie individualistes (non solidaires) et de la consommation de masse.


Durabilité : l'impératif est d'abord écologique. La mesure de l'empreinte écologique montre que l’humanité consomme et émet largement plus de déchets que ce que la planète ne peut supporter, et cet effet est d'autant plus grand dans les pays les plus riches. Nous consommons globalement déjà davantage de ressources naturelles que la planète ne peut en régénérer.

Solidarité : les modes de vie ne sauraient être durables s'ils ne sont pas solidaires. Il s'agit de tout évidence d'appliquer à l'humanité elle-même le principe de solidarité que l'on applique à l'environnement dans le cadre de la recherche de durabilité.

L'approche des modes de vie durables et solidaires commence à partir des questions de la vie quotidienne, qui reprennent ainsi leurs dimensions politique et collective. Dans les pays riches, la simplicité volontaire au niveau individuel, et une forme de décroissance au niveau collective, peuvent être des solutions à mettre en oeuvre. Dans les pays plus pauvres, il est nécessaire de partir de la lutte quotidienne des populations pour leur survie.

Commenter cet article