IC: Quels outils ? Quelles pratiques

Publié le par Pierre W.Johnson

Lorsque l'on parle d'intelligence collective, il est plus facile de faire de longs développement, et de donner quelques exemples de mise en oeuvre de ce concept que de réfléchir en profondeur aux conditions de la mise en oeuvre de pratique d'intelligence collective.

Le site de Jean-François Noubel, The Transitioner, est un bel exemple de site ressource et de mise en réseau de la réflexion sur l'intelligence collective. Son foncionnement, basé sur le principe du Wiki (le wiki est à l'expression collective ce que le blog est à l'expression individuelle), illustre lui-même par son fonctionnement la notion d'intelligence collective. Les wikis sont en effet l'un des outils les plus novateurs du cyberespace pour la mise en oeuvre d'une véritable intelligence collective, libérée des barrières économiques, de statut ou d'appartenance institutionnelle.  Elle permet à tout un chacun, simple citoyen ou expert, d'apporter sa contribution à une oeuvre collective en ligne, sous la forme d'un site Web collaboratif à l'architecture très ouverte, dans lequel il suffit de cliquer sur un bouton pour ajouter ou modifier une page, apporter une information, corriger la syntaxe, traduire un texte, etc.

De nombreuses "communautés virtuelles" utilisent les wikis ou même se sont formées (lequel vient en premier, on ne sait pas) grâce à eux. Aujourd'hui, l'encyclopédie comprenant le plus d'articles au monde est Wikipedia, une encyclopédie collaborative en ligne, présente dans de très nombreuses langues. Des recherches ont montré que la fiabilité des informations obtenues par le travail collaboratif étaient globalement aussi élevée, voire plus, que celle des encyclopédies d'éditeurs privés les plus prestigieuses.  Ekopedia propose pour sa part une "encyclopédie pratiques des techniques alternatives de vie".

Des outils un peu plus sophistiqués sont également disponibles en logiciels open source libres et gratuits pour mettre en oeuvre des projets plus complexes, demandant une combinaison de bases de données et de fonctionnalités (sondages, banques d'images) un peu plus complexes. La communauté scientifique s'approprie également ces techniques pour partager les informations entre équipes de recherche. Les plus populaires d'entre eux sont sans doute les CMS (content management system), qui permettent la gestion collective d'un contenu. Pami les plus pratiques à mettre en oeuvre sont ceux qui s'appuient sur le langage PHP et les bases de données MySQL. Je ne pourrais pas vous en dire plus, pour le peu que je comprenne de la programmation.

Récemment, j'ai appris que les GDSS (Group Decision Support System - Outils d’aide à la prise de décision collective) permettaient de préparer en ligne des réunions, et d'éviter ainsi le gaspillage de temps qui caractérisent souvent les réunions d'équipe. Ce sont des systèmes qui tentent de structurer la prise de décision en groupe. Il semble actuellement difficile de trouver de tels systèmes en logiciels libres. C'est là seulement un exemple d'outils à développer en réseau.

Les GDSS ne sont qu'un exemple d'outils d'intelligence collective pour lesquels peu d'information sont disponibles sur Internet, du moins en français. La pratique de l'intelligence est encore en deça des possibilités qu'offre aujourd'hui la technologie. Il serait bon par exemple qu'il y ait un bon site collaboratif dédiés à l'usage des outils d'intelligence collective. Un espace où l'on pourrait échanger des informations, des expériences et des idées sur la mise en oeuvre de l'intelligence collective, et pas seulement sur sa théorie. Si vous connaissez un tel espace sur la toile, faites le savoir à tous ici.

Commenter cet article

OlivierAuber 07/02/2006 10:46

"i vous connaissez un tel espace sur la toile, faites le savoir à tous ici.": Essayons ici : http://anoptique.com (moins de blabla, plus d'action, pionniers welcome ;-)