2e Forum International du Tourisme Solidaire

Publié le par Pierre W. Johnson

Le Forum International du Tourisme Solidaire et du Commerce Équitable aura lieu du 23 au 27 mars 2006, dans la ville de Tuxtla Gutierrez, capitale de l'état du Chiapas au Mexique. Il est co-organisé par le gouvernement de l'état du Chiapas et l'UNAT (Union nationale des associations de tourisme et de plein air) pour le Ministère des Affaires Etrangères de France. C'est le deuxième évènement du genre, après un premier forum à Marseille en 2003. Cette fois, le FITS  englobera non seulement la question du tourisme solidaire, mais aussi celle du commerce équitable des produits agricoles.

L'UNAT et le GRET ont fait appel à l'association Al Medio et au chantier commerce équitable pour faciliter la systématisation des ateliers et la rédaction par les participants d'un plan d'action pour le tourisme solidaire et le commerce équitable.




Site Officiel du FITS
Página oficial del FITS

Fiche pratique FITS
(français, PDF)

Commenter cet article

contreFITS2006 14/04/2006 14:03

On peut trouver depuis quelques mois, dans les publications spécialisées, l’annonce de la prochaine tenue à Tuxtla Gutiérrez (capitale de l’Etat du Chiapas ) du 24 au 27 mars de “Chiapas 2006”, un « Forum international sur le commerce équitable et le tourisme solidaire » , organisé conjointement par le gouvernement français et le gouvernement du Chiapas. Y seront présents, au côté d’autres responsables d’institutions internationales, le président du Mexique, Vicente Fox, et Léon Bertrand, notre ministre du tourisme français.
Le choix du Chiapas comme lieu d’organisation d’un tel forum est tout sauf innocent... Pour le gouvernement mexicain, il s’agit de nous présenter un monde indien imaginaire, où paix et harmonie naturelle viendraient accueillir des touristes « solidaires » heureux d’aider au « développement » des communautés.
Comme si le conflit ouvert il y a douze ans par la rébellion zapatiste était réglé et de l’ordre du passé. Comme si les innombrables campements militaires avaient soudainement disparu des territoires indigènes. Comme si n’existaient pas, depuis douze ans maintenant, des centaines de communautés zapatistes qui refusent les logiques clientélistes des programmes gouvernementaux et s’organisent par elles-mêmes, refusant justement la double logique d’exploitation et d’assistanat promu par les grandes institutions occidentales..
Alors ne nous laissons pas berner ! Car derrière la jolie vitrine de ce forum et la promotion de concepts à la mode : « dévelopement durable », « écotourisme », « tourisme solidaire », « commerce équitable »... le gouvernement français et le gouvernement mexicain continuent d’appliquer les mêmes politiques de soutien aux grandes multinationales, aux dépens des intérêts des des peuples et des communautés indiennes.
Comme le reconnait un document officiel au sujet du programme français de coopération internationale : « l’action internationale du ministère délégué au tourisme... vise à promouvoir un développement touristique durable dans les pays émergents afin d’atténuer les déséquilibres dont souffre notre planète. Elle vise aussi à soutenir nos entreprises dans leurs efforts de conquête des marchés internationaux. »
En parallèle de ce forum se déroulera en effet un véritable partage du gâteau : une réunion de travail rassemblera notamment les divers responsables du « Mundo Maya », un programme de touristification de l’Amérique centrale promu par la BID et la Banque Mondiale dont les investissements prévus se comptent en centaines de millions de millions d’euros...
"Nous savons pertinemment à quel point les entreprises du secteur hôtelier, de la restauration et du tourisme convoitent nos terres et la taille des intérêts en jeu », dénoncaient récemment les autorités autonomes zapatistes du caracol de Roberto Barrios , situé dans une région de cascades, au cœur de l’énorme projet MUNDO MAYA. « Ce sont eux, les chefs d’entreprises, les principaux bénéficiaires de l’exploitation de nos ressources naturelles, quoi qu’ils disent en nous rebattant les oreilles avec leurs belles promesses de développement et de confort pour nos communautés. »
ALORS, TOURISME SOLIDAIRE OU GUERRE DE BASSE INTENSITÉ ? COMMERCE EQUITABLE OU EXPLOITATION DES BONNES CONSCIENCES ?