Montée des tensions et échec des négociations à l'OMC

Publié le par Pierre W. Johnson

Hier mardi, s'achevait les négociations au 9e jour à l'Organisation Mondiale du Commerce sur un constat d'échec. A l'OMC, tout accord doit être pris par consensus de l'ensemble des pays membres (153 actuellement).
  

Défense et illustration de l'agriculture par les pays émergents d'Asie


Alors que les Etats-Unis ont monté le ton contre l'Inde et la Chine, qui demandent un renforcement du Mécanisme de Sauvegarde Spécial, censé protéger les agriculteurs pauvres des pays en développement, les négociateurs de ces pays, et notamment de la Chine, ont argumenté de façon apparemment convaincante en démontrant que les pays industrialisés ne sont pas aussi libéraux qu'ils le prétendent, et demandent au pays en développement plus d'efforts qu'à eux-mêmes.


Pour ceux qui sont familiers des négociations internationales sur le commerce, voici le détail des différends techniques :

Selon ICTSD, observateur des négociations "La proposition de Lamy – permettant des mesures correctives au titre du MSS qui dépassent les consolidations tarifaires actuelle à hauteur de 15 % mais uniquement si les volumes des importations augmentent de 40 %, avec une limite à 2,5 % des lignes tarifaires – a été jugée insuffisante par le G-33. Avec le Groupe africain, le Groupe ACP et le groupe des Petites économies vulnérables, le G-33 a présenté une proposition alternative qui permettrait à ces pays de dépasser les consolidations tarifaires actuelles de 7%, avec un plafonnement des mesures correctives à 30 % au-dessus des niveaux consolidés actuels, déclenchées par des hausses de volumes à partir de 10 %."

Pas encore d'accord sur la banane


Il n'y avait pas encore eu non plus d'accord au 29/08 sur la banane. Les pays ACP (Afrique, Caraïbes, Pacifique), qui bénéficient d'une protection tarifaire sur le marché européen, ont indiqué qu'ils s'opposeraient à un accord si les droits de douane pour les pays latino-américains étaient baissés.


Le clash franco-européen


Parallèlement, le président français Nicolas Sarkozy prenait le risque d'un psychodrame diplomatique intra-européen :

Compliquant davantage la conclusion d’un accord potentiel, la France a pris l'initiative lundi d'une coalition de neufs pays européens pour faire pression en faveur de meilleurs termes pour un accord. La France cherche notamment à éviter un accord sur l'agriculture qui l'obligerait à reconsidérer sa politique dans ce domaine. Le gouvernement français a ainsi pris en porte-à-faux le Commissaire européen au commerce, Peter Mandelson, qui a obtenu l'appui des États membres de l’Union Européenne sur une position concertée bien entendue avant les négociations à Genève. L'agence Reuters indique que la création de la nouvelle alliance pourrait néanmoins miner sa crédibilité dans les discussions.

Quelles conclusions peut-on tirer de cette semaine de négociations ?


Principalement, le fait que les pays en développement, et notamment les pays émergents Chine, Inde, Brésil, Argentine, ont appris à mieux maîtriser les termes de négociations toujours complexes et extrêmement technique. Le compte-rendu des argumentations de l'ambassadeur chinois à l'OMC Sun Zhenyu face à la négociatrice américaine Susan Schwab fait apparaître une argumentation très convaincante, et une connaissance fine des dossiers. La Chine a adhéré à l'OMC en 2001 seulement et a consenti à prendre des mesures d'ouverture de ses marchés radicales, qu'elle voudrait voir compensé par des mesures d'égale ampleur dans les pays occidentaux, et par un mécanisme de sauvegarde spécial pour l'agriculture efficace.


Accessoirement, la psychodrame franco-européen dévoile des fissures dans la position européenne, et l'existence de points de vue divergent sur l'opportunité de concessions aux pays en développement, et d'une adaptation de la politique agricole commune européenne aux compromis négociés à l'OMC. La position française vise-t-elle à défendre une agriculture plus durable ? Rien n'est moins sûr... Mais c'est un autre sujet.


A la voix fatiguée et à l'anglais hésitant du directeur de l'OMC,
que vous pouvez écouter ici, regrettant que le dossier coton et d'autres n'aient pas pu être évoqué, on comprend que le chemin vers un multilatéralisme équilibré est encore très long...

Commenter cet article

krybaby 11/08/2008 01:17

Tres sympa votre blog ! a +