La force du vent au secours du commerce maritime

Publié le par Pierre W. Johnson

 

Une société allemande a développé un modèle de voile d'altitude susceptible de réduire de 10 à 35% leur consommation de carburant.

Aujourd'hui, seule la navigation de plaisance fait usage de l'énergie des vents. Les derniers grands navires marchands à utiliser des voiles ont été construits au début du XXe siècle en Grande-Bretagne. Ainsi se terminait cinq siècles de domination de l'énergie éolienne sur les mers. La machine à vapeur, puis le pétrole avaient, semble-t-il, sonner le glas de l'utilisation de cette énergie simple, renouvelable et en quantité presque inépuisables.  Seuls les navigateurs de plaisance, tels Eric Tabarly, s'efforçaient de faire progresser les techniques de navigation et de construction des voiliers. Mais les capacités et la puissance des cargos à moteur paraissaient sans rivales possibles pour un usage commercial.


Pourtant, la progression même des loisirs de bord de mer est sur le point d'apporter peut-être une petite révolution dans la navire marchande. Une entreprise allemande, Skysails, s'est inspiré des kitesurfs (une planche semblable à celle de surf attachée à une aile d'altitude semblable à un cerf volant permet au sportif de glisser sur l'eau, même à contre-courant). Elle a ainsi développé et testé de grandes ailes volantes pouvant être attaché à un cargo, et ainsi réduire sa consommation d'hydrocarbures. Dans un contexte de hausse tendancielle du prix du pétrole, cette appoint écologique pourrait intéresser les sociétés maritimes.

Les résultats annoncés par l'entreprise sont de 10 à 35% de carburant économiser, avec autant de CO2 émis en moins. S'il ne s'agit pas de LA solution miracles aux problèmes de la pollution engendrée par l'explosion des échanges internationaux, notamment sur mer, cette technique y contribue certainement. Le développement de cette entreprise est certainement un "signal faible" des transitions énergétiques qui pourraient toucher le monde maritime. Un des aspects les plus intéressants de cette nouvelle est que le développement de cette technique devrait impliquer l'application de savoirs-faire de la navigation à voile sur ces monstres des mers.

Commenter cet article

Nam 29/08/2008 23:29

Effectivement les allemands émettent des "signaux faibles" et explorent la force du vent comme moyen de propulsion complémentaire au "tout pétrole" qui règne dans le transport maritime mondiale.Voir la mise à l'eau récente d'un autre cargo à voile exploitant le vent encore d'une autre manière : http://liensdemer.blogspirit.com/archive/2006/04/05/science-et-environnement.html#c2046256