Le bilan écologique de la présidence française

Publié le par Pierre W. Johnson

A l’occasion de l’anniversaire du Grenelle de l’environnement, le magazine « Terra Economica » dévoile la facture écologique du président de la République. Nous nous permettons de reprendre ici cette information, tellement celle-ci est significative.

Bilan

Pour ses seuls voyages officiels, ce dernier a émis en 11 mois 7 061 tonnes de CO2. Cette quantité correspond à la quantité de gaz à effet de serre rejetée dans l’atmosphère par Nicolas Sarkozy au cours de ses déplacements officiels des onze derniers mois. C’est-à-dire depuis la signature du « Grenelle de l’environnement », le 26 octobre 2007, en présence du prix Nobel de la paix Al Gore.

C’est autant que le total annuel des émissions de gaz à effet de serre de mille Français, l’équivalent des émissions de gaz à effet de serre totales annuelles - transport, logement, nourriture... - de 1000 Français ordinaires, ou encore du village de de Monbazillac (Dordogne).

Pour atteindre ce chiffre vertigineux - mais pas forcément inexplicable compte tenu de la charge présidentielle - Nicolas Sarkozy a parcouru selon les informations du magazine – forcément sous-évalués - 301 236 kilomètres ces 11 derniers mois, soit une moyenne de plus de 900 km par jour. C’est au total 80% de la distance de la Terre à la Lune. Précision : le magazine n’a pas pris en compte les escapades privées de Nicolas Sarkozy et de la première Dame de France Carla Bruni, en Jordanie ou en Egypte par exemple.

Le président lui-même, son Premier ministre François Fillon ensuite, et bien entendu son ministre de l’Ecologie, du développement et de l’Aménagement durables Jean-Louis Borloo appellent depuis octobre 2007 à « l’exemplarité écologique ». Il y a tout juste un an le Chef de l’Etat déclarait en conclusion du Grenelle, et en parlant de la France : « Comment devenir un exemple, si on n’est pas capable de s’appliquer à soi les règles qu’on voudrait voir retenues par les autres ? ».

Pas de compensation CO2

Terra Economica est aussi allé voir du côté des 4 principaux organismes de compensation des émissions de gaz à effet de serre. Ces derniers sont formels : aucun ministère, pas plus l’Elysée, ne font appel à eux pour compenser leurs émissions de CO2.

Revenons aux déplacements de Nicolas Sarkozy. Première info : à voir la configuration d’une semaine présidentielle, pas question pour le chef de l’Etat de grimper dans un train. Le 2 avril dernier, par exemple, après un conseil des ministres le matin, le chef de l’Etat se rendait à Nantes pour le congrès de la FNSEA, avant d’atterrir le soir au Sommet de l’OTAN, à Bucarest. Le 3 mai, il était en Haute-Savoie le matin, et à Rome l’après-midi, le 5 juin direction Saumur, le 6, embarquement pour Athènes, avant de gagner, le 7, Beyrouth. D’ailleurs, souhaiterait-il glisser un petit TGV dans le planning qu’il ne faudrait même pas y penser. Selon nos sources, un trajet en train implique un dispositif de sécurité complexe comprenant la réservation de trois wagons entiers et une opération de déminage. Du coup, il n’y a pas une semaine sans que le président ne s’envole. Ce sont les contraintes du métier.

Tony Blair encore plus lourd, François Mitterrand "super CO2"

 

Qu’en est-il des homologues européens de Monsieur Sarkozy ? Mystère ! A ce jour, il existe peu ou pas de bilans carbones des édiles de ce monde. Le journal britannique The Independant a publié, il y a un an, une estimation du bilan carbone de Tony Blair sur l’année 2006. Selon une méthode similaire à celle utilisée par Terra Economica, The Independent a estimé les émissions des déplacements du chef du gouvernement à 8 127 tonnes équivalent CO2 en seulement 55 voyages ! La faute au Boeing 777, très lourd. Utilisé sur les longs courriers, il émet environ 50 kilos éq.CO2 au kilomètre ! Beaucoup plus polluant que l’A319CJ.

D’autres chefs d’Etat, avant Nicolas Sarkozy et Tony Blair, ne se sont pas privés de lâcher les gaz. Ainsi le président François Mitterrand courait-il le monde en Concorde. Chic mais extrêmement polluant.

Pas question, ici de lancer un concours. D’ailleurs l’Elysée ne compense – toujours - pas ses émissions, mais consent tout de même quelques gestes. Il y a un an, à l’appel d’un collectif d’associations, le palais de l’Elysée a symboliquement éteint ses lumières « cinq minutes pour la planète ». Estimation : 7 kilogrammes de CO2 économisées, soit un millionième du bilan CO2 du président de la République.

Bilan encore sous-évalué

Terra Economica explique que la facture écologique de l’Elysée dépasse largement les 7061 tonnes équivalent CO2 sur les 11 derniers mois. Voici pourquoi.

- Parce que le magazine n'a pris en compte que les déplacements officiels ;

- Parce qu'il n'a pas pris en compte le chauffage et l’électricité consommés par l’Elysée ;

- Parce qu'il n'a pas pris en compte les frais de bouche et de réception de l’Elysée ;

- Parce qu'il n'a pas pris en compte l’impact écologique des autres avions qui accompagnent le Président (exemple : lors d’un déplacement en Guyane ayant pour thème la biodiversité et le développement durable les 11 et 12 février dernier étaient mobilisés : un A340, deux A319, un Falcon 900, un Antonov, deux Transall et deux hélicoptères).

Commenter cet article