Les memes - origine du concept (1)

Publié le par Pierre W.Johnson

Concept inventé par le généticien Richard Dawkins, le meme se veut l'équivalent dans le domaine de la culture (ou si l'on préfère de l'univers symbolique) du gène en biologie. La démarche de R. Dawkins a soulevé l'enthousiasme de certains, et l'énervement d'autres. Le concept de meme résulte-t-il d'une démarche scientifique ou est-il le produit d'un réductionnisme scientiste ?

Pour répondre à cette question, rappelons quelques principes de base de la connaissance scientifique :

  • La science n'est pas la vérité - elle en est une construction modélisée, à partir d'un ensemble d'hypothèses.
  • La science se base sur des hypothèses non pas vérifiables mais falsifiables (K. Popper)
Le concept de meme reprend les hypothèses du gène égoïste (un des ouvrages les plus célèbres de l'auteur), selon lequel, l'évolution fonctionnerait de telle sorte que l'organisme humain ou animal serait seulement un support pour la transmission de l'information contenue dans le gène. De cette idée, on arrive naturellement à celle de l'information comme entité autonome, transmissible et évolutive, presque indépendamment de son support. L'extrême reproductibilité et diffusabilité de l'information dans notre société actuelle, une société où la transmission de l'information joue un rôle important, semble conforter cette hypothèse. Le mème est ainsi défini comme une unité d'information, capable de se reproduire, de se diffuser, et d'évoluer de manière quasi-autonome. Que faut-il en penser ?

Tout d'abord, il faut observer que cette conception de l'information prend confortablement appui sur le paradigme établi au cours des dernières décennies par la génétique d'une part et l'informatique de l'autre, réduisant la transmission de l'information à une série d'opération mécanique, quasi sans faille. Or, les biologistes les plus fins font remarquer que le gène ne définit la forme de l'organisme que partiellement. La génétique a eu tendance à minimiser le rôle des intéractions entre l'ADN et le reste du milieu cellulaire, et entre le milieu cellulaire et son environnement. Une fois ces interactions prises en compte, la transmission de l'information et des gènes apparait comme tout sauf mécanique. Comment expliquer autrement qu'une même cellule se différencie petit à petit après s'être divisée en des cellules différenciés, et finalement un organisme complexe, alors que rien au départ ne différencient les produits de ses premières divisions cellulaires ? N'oublions jamais que l'assimilation du gène à une unité d'information est une modélisation, donc une simplification de la réalité, et le premier des principes scientifiques mentionnés plus haut.

Dans une prochaine partie, nous examinerons si le mème est une hypothèse qui ajoute une valeur scientifique.



Références

Brève présentation du concept de meme dans son contexte scientifique

Memefest 2006
site illustrant la popularité du concept

Commenter cet article