Lux09 : une avancée pour le mouvement global de l'économie sociale et solidaire

Publié le par Pierre W. Johnson


Logo Lux09

 

4 jours de rencontre. 700 participants de 59 pays des 5 continents, une centaine d’interventions en français, anglais, espagnol, portugais… sur une quinzaine de thèmes transversaux : un événement marquant pour le mouvement de l'économie sociale et solidaire.


Voici, avec la permission de l'auteure, quelques réflexions inspirés de l'article de Françoise Wautiez, secrétaire d'Aloé, sur cette rencontre. Nous nous reconnaissons pleinement dans ces réflexions :


L’économie sociale et solidaire a démontré, au 4e Forum Globalisation de la Solidarité - Lux09,  la richesse de ses propositions et initiatives. Ce genre d’événements est très difficile à relater, mélange de ressentis, de rencontres, de frustrations de ne pas pouvoir avoir participé à plusieurs ateliers en même temps, de ne pas pouvoir avoir compris plus précisément le projet d’un tel ou un tel en Afrique ou en  Asie, expérience de plus de vingt ans qui doit se raconter en 5 minutes à peine.


Cependant, le format de la rencontre était bien pensé. Chaque atelier thématique se déroulait le matin pendant 1h30 sur trois jours : le premier « on illustre », le deuxième « on débat », le troisième « on propose ».


Le jeudi, par exemple,  les intervenants se sont posé la question de la place de l’économie solidaire dans les lieux de décision et de son peu de visibilité malgré le poids qu’elle représente dans certains pays. Patrick Viveret a parlé du blocage de l’imaginaire en général qui a mené aux différentes crises que l’on connaît, ce blocage étant aussi présent dans les forces transformatrices de la société, y compris l’économie sociale et solidaire. Selon lui, l’ESS n’a pas l’ambition de ses moyens, elle ne s’inscrit pas de façon volontaire dans une approche transformatrice malgré sa vision systémique qui inclut une autre approche de la richesse,  du pouvoir, de l’argent, de nos modes de vie mais aussi une capacité à chercher des solutions innovantes aux différents problèmes posés dans l’économie et la société.


Paul Singer, le très attendu secrétaire d’Etat  à l’Economie Solidaire au Brésil, l’un des points du globe où l’ESS a un poids de plus en plus important, s’est posé la question de savoir si l’ESS représentait une alternative au modèle dominant. Son point de vue est qu'il faut renforcer l’Etat, entité élue démocratiquement, ce qui a soulevé de très nombreuses questions dans le public. Mais Paul Singer a enfin déclaré que l’ESS pouvait être une alternative, qu’elle avait acquis un poids de plus en plus important dans plusieurs pays d’Amérique Latine, le Brésil bien sûr, mais aussi par sa reconnaissance dans les constitutions de la Bolivie et de l’Equateur et dans ce qu’il a appelé « le socialisme du XXIème siècle de Hugo Chavez » au Vénézuela.


L'après-midi était dédié à des rencontres continentales du Réseau Intercontinental de l'Economie Sociale et Solidaire et à des plénières avec des personnalités engagées dans le mouvement. 


L’impression d’ensemble était que l’économie sociale et solidaire représente une richesse incroyable de pratiques mais aussi de théories, un maillage de réseaux difficilement compréhensible, mais souffrant parfois d'un manque de visibilité, sans doute  provoquée par un manque d’ambition collective. Les rencontres du RIPESS sont certainement un moment de référence dans cette construction collective, difficile mais nécessaire.


Ben Quiñones et les réseaux d’Asie seront les hôtes de la prochaine rencontre en 2013. Les conclusions et les résolutions du RIPESS, notamment en ce qui concerne le volet européen du RIPESS, seront bientôt disponibles sur le site http://www.lux09.lu/index.php?id=20.


Liens utiles


L'article de Fr. Wautiez sur le site d'Aloé


Site de l’événement


Revue de presse de l’événement


Télécharger et lire la déclaration finale de Lux09 (une page).


Télécharger et lire la synthèse des ateliers thématiques


Commenter cet article