La vérité qui dérange

Publié le par Pierre W. Johnson

Al Gore, ex-candidat démocrate à la Maison Blanche, contre qui Georges W. Bush a manipulé les urnes, est aujourd'hui conseiller de Tony Blair sur les questions d'environnement, après avoir réalisé un film majeur sur le changement climatique, An Unconvenient Truth, ou La vérité qui dérange.

Le film est basé sur l'engagement de Al Gore dans la question du réchauffement climatique depuis ses années d'université, où il a découvert la réalité de ce phénomène. C'est une démonstration s'appuyant sur de solides bases scientifiques, des recherches montrant la correlation étroite entre l'accroissement du taux de CO2 dans l'atmosphère (mesuré précisement par des scientifiques) et le rechauffement climatique, et sur des faits spectaculaires, maintenant plus largement connus, comme la fonte des glaciers, la disparition de la mer d'Aral, la fréquence nouvelle des ouragans.

Le fil conducteur du film est à échelle humaine, retraçant une prise de conscience et un engagement, pour ne pas devenir comme cette grenouille, qui ne bouge pas si l'eau est chauffée petit à petit jusqu'à atteindre son point d'ébullition. Le ton est à la fois posé et dramatique, avec de l'humour souvent. Al Gore refuse le pessimisme, et affirme qu'il est encore temps d'agir et que le changement climatique peut être arrêté. Un optimisme, qui va bien avec le sens de l'action nord-américain, mais qui se veut aussi réaliste, et peut-être même un peu angoissé, lorsqu'on prend la mesure de l'ampleur des catastrophes des dernières années, et de celles qui sont plausibles dans les prochaines.

Allez donc voir "La vérité qui dérange". Comme il se doit, un site prolonge le film d'une malle pédagogique, pour les enseignants notamment :  http://www.climatecrisis.net/

Commenter cet article

Julie 27/01/2007 12:12

Je suis très étonnée.