Succès record pour "Le monde de Monsanto" sur Arte

Publié le par Pierre W. Johnson

Monsanto, vous connaissez ?

Cette firme nord-américaine produit et commercialise 90% des organismes génétiquement modifiés (OGM) vendus dans le monde.  En fait, mon collègue spécialiste de l'agriculture m'a fait remarqué qu'on devrait parler de Plantes Génétiquement Modifiées, car des OGM existent à des fins médicales. Mais nous parlerons d'OGM par usage de language.

BlogMM.jpgMarie-Monique Robin nous apprend sur son blog, et dans le documentaire exceptionnel diffusé mardi dernier sur Arte, que le premier métier de Monsanto, ce n'est pas l'agriculture, mais la chimie.  Le succès le plus actuel de Monsanto, c'est le Round up, herbicide le plus vendu au monde, mais hautement toxique malgré les allégations de la firme.  

Pourtant, voici comment se présente Monsanto sur son site français :

Monsanto s'attache à répondre aux spécificités de l'agriculture française, en contribuant à sa mesure à une agriculture de qualité, compétitive et durable. Environ 400 collaborateurs, soutenus en amont par une stratégie mondiale de recherche et d'innovation, s'investissent au quotidien pour servir cette mission.
et encore

 

MONSANTO réalise en France une part significative de son activité : avec un chiffre d'affaires de 138 millions d'Euros en 2006, la France représente un marché essentiel.

Acteur de la filière agricole française depuis plus de 40 ans, MONSANTO innove et s'investit au quotidien pour une agriculture productive et respectueuse de l'environnement, garante de qualité. Conjuguant les métiers de la Protection des plantes et de la Semence, les solutions proposées par MONSANTO France sont à la mesure des moyens d'un grand groupe international à l'écoute des spécificités locales et des attentes de la filière, de l'agriculteur au consommateur.

Quelle est la réalité de ces affirmations, qui ferait presque d'une des entreprises les plus contestées au monde un leader du développement durable ?

L'histoire de cet entreprise permet de prendre la mesure de la réalité :

Monsanto est une entreprise historique, implantée depuis longtemps au Missouri.  Un de ses premiers succès sont les
PCB, (ou PolyChloroBiphényles), des dérivés chimiques chlorés servant d'huile industrielle, et contenus notamment dans le pyralène. Ces molécules hautement toxiques sont très stables, et ont été commercialisés en grande quantité comme lubrifiant dans les transformateurs.  Elles comptent aujourd'hui parmi les polluants organiques persistants, dont la production est interdite dans la Convention de Stockholm sur les polluants organiques persistants.  (source Wikipedia)

Bien que l'entreprise connaissait leur toxicité, elle n'a pas bien sûr diffusé l'information.

Monsanto, c'est aussi l
’Agent orange, utilisé comme un puissant herbicide par l’armée des États-Unis pendant la guerre du Viêt-Nam.  Hautement cancérigène par la dioxine qu'il contient, ce produit continue à occasionner des maladies diverses, des cancers et des malformations à la naissance. (source Wikipédia)

La présence de Monsanto dans la ville d'Anniston, en Alabama, a été un véritable désastre pour la population locale.  L'usine de Monsanto y déversait la fameuse huile directement dans le ruisseau local, et les déchets étaient versés dans une décharge à ciel ouvert.  Après une plainte des habitants de la ville, Monsanto a été jugée coupable d’avoir pollué « le territoire d’Anniston et le sang de sa population avec les PCB » et condamnée à payer 700 millions de dollars de dommages et intérêts.

Aujourd'hui, les OGMs, ce sont avec tout des millions de paysans pris au piège de la dépendance économique par l'obligation d'acheter année après année leurs semences (principalement soja, coton et maïs) à Monsanto, et ce malgré la non réalisation des promesses de miracle agricole grâce à celles-ci.  Si les paysans aux Paraguay achètent du soja transgénique, en Inde du coton Bt, c'est parce que Monsanto a inondé le marché des semences, soit en rachetant des entreprises locales de semences, soit en tolérant dans un premier temps la contamination des cultures naturelles par les plants OGM.  Ces paysans n'ont tout simplement pas le choix, et les taux de suicide s'accroissent dramatiquement parmi les paysans indiens cotonculteurs.

Le documentaire de 
Marie-Monique Robin, diffusé mardi soir sur Arte, décortique cette histoire, la réalité du commerce des OGMs, et des collusions entre la firme Monsanto et le pouvoir politique aux Etats-Unis, mais sans doute également dans d'autres pays. Il est encore visible jusqu'à lundi 17 mars sur Arte +7 : le film et le débat.

Mais voici comment Monsanto qualifie dans ses communiqués de presse les décisions du gouvernement français, prenant enfin en compte l'opinion majoritaire en France sur les OGM :
  • Grenelle et OGM : une suspension illégale et infondée au détriment de la liberté de choix des agriculteurs français
  • La revue du MON810 par le comité de préfiguration de la Haute Autorité….un processus d’évaluation sur lequel on peut émettre des « doutes sérieux »
  • Suspension temporaire de la cession et de l’utilisation de semences OGM : un arrêté infondé et incohérent
Comment se fait-il que l'entreprise se fasse cependant aussi discrète fasse à des mesures pour elles aussi scandaleuse ?

Les premiers chiffres de la diffusion du film et du débat sur Arte.tv en donne peut-être une raison :

Le dossier Monsanto est un véritable succès,
Au 12 mars, soit un jour après l’émission, il totalise un chiffre record de 139 000 visites et 464 000 pages vues !
Le dossier n’a pas encore fait le plein des connexions
et devrait rapidement grimper dans le highscore général.

L’audience provient essentiellement du côté français
(85% des visites, 88% des pages vues).

Elle profite à l’ensemble du site français, faisant du 12 mars la journée record depuis 2005, devant le 2 mai 2007 (Débat Royal Sarkozy), aussi bien en terme de pages vues (555 000 PV) que d’internautes journaliers (90 000 IJ)

ARTE+7
Chiffres au 13/03/2008 – 10h30
Près de 76 000 vidéos visionnées en moins de deux jours, essentiellement le documentaire (68 000 vidéos, FR 51 500 – DE 16 500), mais le débat fait déjà un bon score (7 500 vidéos, FR 6 300 – DE 1 200).

Vous pouvez aussi après avoir vu le film signer la pétition de soutien à Christian Vélot, mis a placard pour avoir remis en cause l'utilité des plantes génétiquement modifiées.

Commenter cet article